Bonjour,

Communiqué de presse

Le Caire, le 7 juin 2016

 

 

Image

 

 

 

L’équipe #ScanPyramids déploie ses détecteurs à muons
à Gizeh pour “scanner” la Grande Pyramide.

 

 

Après avoir démontré l’efficacité de la radiographie par muons appliquée à la pyramide Rhomboïdale de Dashour (cf. http://www.hip.institute/press/HIP_INSTITUTE_CP7_EN.pdf) , l’équipe internationale de la mission #ScanPyramids, dirigée par la Faculté des ingénieurs (Université du Caire) et l’institut français HIP (www.hip.institute), déploie à présent ses détecteurs à muons sur le plateau de Gizeh. Cette technologie de « scans » non destructive doit permettre d’observer, dans cette première phase, la pyramide de Kheops à différents endroits afin de détecter des vides connus et non-connus.

 

Les ingénieurs de #ScanPyramids utilisent 3 types de techniques de muographie au sein et autour de la Grande Pyramide. Ces trois techniques sont décrites en détail dans la vidéo accessible ici www.vimeo.com/hipinstitute/muons:


- La première technique s’appuie sur des plaques contenant des films plastiques enduits d’une émulsion chimique sensible aux muons. Ce procédé est la spécialité de l’université de Nagoya (Japon). Au total 80 films ont été installés à l’intérieur de la pyramide de Kheops pour une durée d’exposition aux muons de 40 jours (Chambre de la Reine, Niche de la Chambre de la reine, chambre souterraine).

 

- La seconde technique s’appuie sur des télescopes électroniques à muons avec des détecteurs contenant un gaz sensible aux muons. Ces télescopes baptisés Alhazen et Alvarez sont fabriqués par le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives – France) et ont été placés à l’extérieur de la pyramide de Kheops. Ils vont pendant un mois être calibrés en étant pointés sur des zones spécifiques avec des cavités connues, avant ensuite d’être pointés sur d’autres zones à la recherche de cavités non connues.

 

- La troisième technique consistera, au mois de Juillet, à déployer dans la chambre de la Reine de la Grande Pyramide un scintillateur électronique équipé de détecteurs fabriqués avec un plastique spécial sensible aux muons. Ce scintillateur a été conçu par le KEK (High Energy Accelerator Research Organization – Tsukuba Japon)

 

Les résultats de cette nouvelle campagne de muographie opérée par l’équipe #ScanPyramids seront partagés afin d’être interprétés par des comités scientifiques représentant différentes disciplines (physique des particules, architecture, ingénierie mécanique, simulations, égyptologie, archéologie, etc.) L’un de ces comités composé d’égyptologues a été mis en place par le ministère des antiquités égyptien. Il sera dirigé par l’ancien ministre des antiquités, le Dr. Zahi Hawass.

 

 

Image  Image

 

Plus d’information sur la muographie

Les muons, qui tombent en permanence sur la Terre à une vitesse proche de la lumière avec un débit d’environ 10 000 par m2 par minute, proviennent des hautes couches de l’atmosphère, où ils ont été créés lors de collisions entre des rayons cosmiques issus de notre environnement galactique et les noyaux des atomes de l’atmosphère. A l’instar des rayons X qui traversent notre corps et permettent de visualiser notre squelette, ces particules élémentaires, sorte d’électrons lourds, peuvent traverser très facilement des roches de grande épaisseur, telles les montagnes. Des détecteurs, placés à des endroits judicieux (par exemple à l’intérieur de la pyramide, sous une possible chambre encore non détectée), permettent, par accumulation dans le temps des particules, de discerner les zones de vide (que les muons ont traversé sans interagir) et les zones plus denses où certains d’entre eux ont pu être absorbés ou déviés. Tout l’art de la mesure consiste à réaliser des détecteurs extrêmement sensibles puis à accumuler suffisamment de données (pendant plusieurs jours ou mois ) pour accentuer les contrastes.

La radiographie par muons est aujourd’hui fréquemment utilisée dans l’observation des volcans, notamment par les équipes de recherche de l’université de Nagoya. Dans le cadre de la mission ScanPyramids, 3 types de détecteurs ont été développés. L’université de Nagoya utilise des détecteurs chimiques à base d’émulsions argentiques. Le KEK a développé des scintillateurs électroniques fonctionnant avec un plastique sensible aux muons. Ces instruments ont notamment permis de scanner l’intérieur des réacteurs de la centrale de Fukushima. Quant aux télescopes à muons du CEA qui a rejoint la mission le 15 avril, ils fonctionnent avec un mélange gazeux à base d’argon. Les scintillateurs électroniques (plastique ou gaz) contrairement aux émulsions chimiques permettent une analyse en temps réel.

 

 

A propos de ScanPyramids

La Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire et l’Institut HIP (Heritage Innovation Preservation) ont conçu et coordonnent depuis le 25 octobre 2015, sous l’autorité du Ministère des Antiquités égyptien, le projet « #ScanPyramids » (www.scanpyramids.org) visant à « scanner », durant une année, les grandes pyramides d’Egypte (Kheops, Khephren, La Pyramide Rhomboïdale et la Pyramide Rouge). #ScanPyramids combine plusieurs disciplines non invasives et non destructives pour tenter de révéler la présence de structures internes méconnues à ce jour dans les monuments antiques et de mieux comprendre à la fois leur plan et leur construction. Les technologies utilisées mêlent la thermographie infrarouge, la radiographie par muons et la reconstruction en 3D.
#ScanPyramids réunit plusieurs institutions scientifiques internationales dont le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives/France), l’université de Nagoya (Japon), le KEK (High Energy Accelerator Research Organization – Tsukuba Japon), l’université Laval (Quebec Canada).

VIDEO
www.vimeo.com/hipinstitute/muons

PICTURES
http://www.hip.institute/press/pictures/Pictures_HIP.Institute_Starting_Khufu_Muography.zip

COPYRIGHT
All rights of the project and its outputs, including Video, Pictures, News, and all Electronic Outputs are reserved to the Egyptian Ministry of Antiquities, HIP Institute and the Faculty of Engineering (Cairo University).
CONTACTS
Website : http://www.hip.institute
#ScanPyramids: http://www.scanpyramids.org
Twitter account: @HIP_i_

HIP Institute Press Contact :

contact form on HIP Institute website: www.hip.institute
or

Press Agency Gen G - Patricia Attar - patricia.attar@gen-g.com -
01 44 94 83 66 – 06 25 792 79