Les 30 défenseurs du climat sur la liste des amnistiés en Russie

 

 

Paris, le 18 décembre 2013 – Le Parlement russe a voté ce matin un amendement  au décret d’amnistie qui devrait être adopté cette après-midi. Cet amendement étend également l’amnistie à ceux qui sont accusés (et non plus condamnés pour) « hooliganisme ». Les 30 personnes qui étaient à bord de l’Arctic Sunrise en septembre dernier pour protester pacifiquement contre les forages pétroliers en Arctique seront donc amnistiées.

 

 

« C’est enfin une bonne nouvelle pour ces 30 personnes, dont un membre d’équipage français, qui vont peut-être  enfin pouvoir rentrer chez eux pour cette fin d’année.» déclare Anne Valette, chargée de campagne énergie à Greenpeace France. « Si nous sommes soulagés, l’heure n’est pas pour autant aux festivités. Rappelons que les 30 de l’Arctique ont passé deux mois en prison et ont été retenus en Russie un mois supplémentaire  alors que leur seul crime a été de défendre le climat. »

 

Accusés de crimes qu’ils n’ont pas commis

Après avoir été accusés de piraterie, puis de hooliganisme, la procédure judiciaire entamée contre les 30 de l’Arctique devrait bientôt être close, et les 26 ressortissants non russes pourront rentrer chez eux auprès de leurs familles dès que les autorités russes leur auront fourni des visas de sortie. On ne sait pas encore combien de temps ces formalités prendront : aujourd’hui, les 30 de l’Arctique ne sont pas autorisés à quitter Saint-Pétersbourg, où ils résident dans un hôtel, parce qu’ils n’ont pas les bons tampons d’entrée et de sortie sur leurs passeports.

 

Accepter l’amnistie ne revient pas à reconnaître un crime

En acceptant l’amnistie, les 30 de l’Arctique n’admettent pas être coupables des crimes dont on les accusait, mais de fait les procédures judiciaires cesseront. Les casiers judiciaires des 4 ressortissants russes porteront mention de cette amnistie à vie. Le bateau, l’Arctic Surnise, est toujours sous garde des autorités russes à Mourmansk, et malgré un jugement du Tribunal international du droit de la mer ordonnant son retour aux Pays-Bas, nous ne savons pas encore ce qu’il en adviendra, alors qu’il avait été saisi illégalement dans les eaux internationales par les forces russes.

 

 

 «Nous ne sommes pas des criminels : nous nous sommes rendus en Arctique pour témoigner , pacifiquement, des graves menaces qui pèsent sur l’environnement. Si nous devrions bientôt être totalement libres, la région arctique, elle, ne sera pas épargnée. » déclare Peter Willcox, capitaine de l’Arctic Sunrise qui était aussi le capitaine du Rainbow Warrior dans les années 80. « L’Arctique est un bien inestimable dont nous devons tous prendre soin et qu’il faut préserver des convoitises des compagnies pétrolières et du dérèglement climatique.»

 

 

 

 

 

Contact

Isabelle Philippe, Communication, 06 73 89 48 90